L'épopée Majorette : L'iconique Renault 5

Lancée en 1972 la Renault 5 dessinée par Michel Boué inaugura un nouveau style de véhicule avec les poignées cachées et les pare-chocs en polyester. La Renault 5 fut désignée ainsi parce qu'elle était équipé d'un moteur de 5 chevaux fiscaux en version TL et c’est justement ce modèle que majorette décida de reproduire...




Dès 1973 majorette la présente sur un petit dépliant où les véhicules sont grossièrement dessinés et ce ne sera qu'en 1974 que les premiers modèles seront produits dans la série 200 fer de lance de la marque sous la référence 257.



Les tous premiers modèles produits sont facilement identifiables : leurs roues légèrement biseautées et fines à 5 branches chromée (ou new) ainsi qu'à la présence du nom du modèle gravé sur les ailes et à leur vitrage translucide. La châssis bleuté pourra être aussi un bon indice. 

Comme sur la vraie les rétroviseurs sont présents, une grille de prise d’air ainsi qu’une antenne un peu plus longue qui sera d'ailleurs raccourcie dans les années suivantes. Toutefois, le modèle fait un peu aplati, même si c’est un jouet les roues font petites en rapport avec le dessin retenu pour la carrosserie. A noter la présence de suspensions mais le modèle ne dispose pas d’ouvrants. Qu’importe ! Le modèle est un franc succès dès ses premiers modèles produits !


Très appréciée des collectionneurs pour les toutes premières générations avec sa bouille sympathique, Elle trouve sa place dans la gamme dès 1974 et plusieurs variantes de coloris sont produites de même que pour 1975.Pour l’heure il est très difficile de tenir un inventaire.

A partir de 1975, les vitrages peuvent devenir ambrés pour certains coloris.

Ce n'est qu'à partir de 1976 qu'il y aura chez Majorette une sorte de standardisation des coloris avec des modèles d’une couleur par année modèle. C'est ainsi que à partir de 1976 les coloris les plus courants seront le jaune citron, le rouge, le vert pomme ou encore un orange opaque.



Pour les 3 années de Production 76-77-78 elle est présentée en jaune dans le catalogue mais elle est produite dans diverses variantes qui sont devenues à ce jour très rares. L’usine de la rue Barthelemy Thimonier est trop petite pour le montage des modèles et cette tâche est confiée à des travailleurs à domicile. Raison pour laquelle sans doute des modèles exotiques mais scellés dans l’emballage d’usine existent : Les versions police ou encore Rallye que reprennent les décalcomanies de certains autres modèles de la gamme.

Lorsque le 7 décembre 1977 majorette est introduite en bourse de Lyon elle sera le modèle choisis pour devenir l'étendard de la production en revêtant une robe noire avec des stickers doré de chaque côté un autocollant rappelant l'introduction en Bourse sur le toit et un châssis pouvant être doré à l'or fin.



À noter que pour ces modèles de la Bourse de Lyon existe une version assez rare entièrement doré à l'or fin pour les gros actionnaires ainsi qu'une version rouge assez rare.

1977 et aussi l'occasion pour majorette de tester certains modèles publicitaires notamment la Novasam en jaune ou encore la rouge version BS.

En 1979 elle se pare d’une nouvelle robe rouge et le logo de la célèbre radio luxembourgeoise RTL, à noter que la décoration peu tantôt être une décalcomanie où une tampographie. De rares versions bleu métal seront d'ailleurs aussi produites en RTL.

Néanmoins on pourra aussi la croiser en rouge sans décoration sur le porte autos de la série 3000 les rétroviseurs et l'antenne pouvant être tantôt argenté ou noir afin d'avoir un contraste différent

En 1980 sa robe devient gris métal un intérieur rouge ( blanc assez rare) et des rétroviseurs tantôt noir ou tantôt argenté faisant hommage avec sa décoration à la version Alpine.
En 1981 clap de fin, elle disparaît définitivement du catalogue et les quelques derniers modèles produits seront écoulés dans la production en début 1981.

Pour autant fin des années 80, elle sera rééditée en globetoys avec des roues plus larges, simplification ou normes sur les jouets plus sévères, les rétroviseurs et l’antenne disparaissent et la grille de prise d’air devient moulée. La seule couleur connue est le noir, le châssis est d’un métal brut et bleuté.
Le modèle connaitra également une seconde vie au Brésil à travers la production de Manaus, conservera ses rétroviseurs et sera identifiable à son châssis peint tantôt en gris ou en noir.



Majorette est resteé en quelque sorte fidèle à la production Renault puisque en 1979 Renault avait greffé à son modèle de porte supplémentaire il faudra t'attendre 1983 pour l'avoir remplacé par cette version 5 portes avec cette fois-ci une gravure beaucoup mieux réalisés et beaucoup plus conforme au modèle réel .

Nous évoquerons la référence 280 dans un autre chapitre de l'épopée majorette

Texte Marc D.